La technique de la taille consiste à supprimer de la substance dans un bloc de matière (la gangue ou bozza) afin de lui donner une forme déterminée.

C'est le geste de la taille qui vient en premier à l'esprit, lorsque l'on parle du « noble travail du sculpteur ».

L'image de l'artiste faisant surgir une figure d'un bloc de pierre à l'aide de ses seuls maillet et ciseau symbolise la lutte que le sculpteur engage avec la matière muette pour lui donner une forme et un sens. La taille est la technique la plus difficile de la sculpture puisqu'elle n'autorise aucune erreur. 

Il faut distinguer deux procédés fondamentaux pour le travail de la pierre : la taille directe (technique de Camille Claudel) et la taille avec mise au point (technique de Rodin et de ses praticiens) qui connaît des progrès décisifs et un véritable succès au XIXe siècle.

Si la taille directe est une technique risquée, la taille avec mise au point préserve le sculpteur de toute erreur. Il s’agit d’une méthode permettant de reproduire un modèle (en argile, plâtre ou autre) dans la pierre, grâce à un système de points de repère. 

Pour chacune des étapes, le sculpteur utilise des outils différents : les pics ou burins pour dégrossir, puis les ciseaux plats ou à dents et les gradines qui laissent des stries régulières, bien reconnaissables, la boucharde, qui écrase les traces des autres outils, et enfin les râpes et les abrasifs (toile émeri) pour donner un aspect lisse à la sculpture.

 

 


Retour au glossaire